Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

10 février 2017

Sénégal, la radiothérapie en panne

Classé dans : Santé - Médecine et autres sciences — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 19 h 14 min

Il se passe toujours de drôles de choses dès que les systèmes sanitaires sont mis sur la table afin d’évoquer leur quotidien.

Ce que nous avons appris récemment concernant le Sénégal nous a fait passer par tous les Etats : sourires, rires, tristesse, colère et désolation.

La ministre de la Santé Awa Marie Coll-Seck

La ministre de la Santé Awa Marie Coll-Seck

Ce pays, au Sud du Sahara est souvent cité comme modèle en matière de santé. Le Sénégal et ses hôpitaux. Le Sénégal et ses médecins. L’auteur de ces lignes se souvient du temps où il était encore étudiant au Maroc. Bien que dans les grandes villes du royaume chérifien il y avait une faculté de médecine et que la formation y était réputée de qualité (il y avait en plus des Maghrébins dans ces facultés, des étudiants venus de nombre de pays du Sud du Sahara), certains hommes d’affaires et de hauts cadres marocains envoyaient leurs enfants à Dakar et Abidjan pour étudier la médecine.

Aujourd’hui encore, ils sont nombreux à aller faire leur médecine générale à la célèbre UCAD, l’Université Cheikh Anta Diop (du nom du célèbre enseignant-chercheur et homme politique sénégalais, Cheikh Anta Diop) ainsi que leurs spécialisations. Lors d’une émission de radio (Rfi, Radio France internationale) il y a quelques mois, en direct de cette université, la question de la qualité de la formation en médecine au Sénégal fut mise sur la table. Si la plupart des intervenants (étudiants, médecins, enseignants) étaient d’accord pour dire que le Sénégal a le meilleur système de santé dans la région ouest-africaine, voire au-delà, un professeur de médecine dont nous ne souvenons, hélas ! pas du nom avait dit, Le tout n’est pas d’être les premiers, encore faut-il le demeurer !

L’actualité en ce mois de février doit nécessairement ramener sur terre ces intervenants qui n‘avaient eu de cesse de pavoiser au cours de cette émission. Que se passe-t-il donc au Sénégal ? Apparemment, l’affaire concerne le traitement du cancer. En effet, il y a là-bas un appareil faisant de la radiothérapie. Un seul appareil pour cet enclos colonial de près d 14,5 millions d’habitants, traitant le cancer. Cet appareil st jugé vieillot depuis des années et comme il fallait s’y attendre, il a fini par tomber en panne.

Faisons une pause à ce niveau.

Quand on est une administration bien organisée, avec des moyens, comment peut-on se contenter d’un seul appareil pour soigner tous les cancéreux de l’enclos ? Tous les malades de l’intérieur du pays doivent donc se diriger vers l’hôpital de Dakar qui traite la chose ? Avec quels moyens ? Près de 60 ans après les fameuses indépendances tcha-tcha, cette question de la distance entre les patients et les centres importants de santé est plus que jamais urgente à régler.

Autre interrogation : combien coûte cet appareil au point qu’à ce jour, le Sénégal n’en dispose que d’un seul ?

Encore une interrogation : on savait que cet appareil était malade, si je puis dire. Or, pour des appareils de ce genre, à l’achat, on prévoit tout de même des clauses de réparation en cas de pépins, qu’en est-il donc du contrat de maintenance ?

Nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin et évoquer la question de la maintenance préventive. Avant de soigner, on prévient. Ce n’est pas nous qui allons apprendre cela aux services de santé. Quid alors de la maintenance préventive ? Nous rappelons simplement au passage que les cours de maintenance préventive existent dans maintes écoles d’ingénieur dans le monde or, le Sénégal est réputé pour ses formations universitaires…

Nous avons appris par le biais de la ministre de la Santé du Sénégal, elle-même médecin de formation et de carrière (quand elle ne fait pas de politique) que deux autres appareils avaient été commandés par l’Etat sénégalais pour remplacer l’appareil malade.

Nous applaudissons des deux mains et même des deux pieds.

Curieusement, ces appareils commandés depuis un moment (quand ?), ils n’ont pas encore été livrés.

Pourquoi ?

Parce que vu l’embargo subi par le Soudan, la transaction na pu se faire comme il fallait. Et les appareils se font toujours attendre…

Question : que vient faire le Soudan là-dedans ? Ces appareils sont-ils montés ou fabriqués au Soudan ? La ministre Awa Marie Coll-Seck ne dit rien à ce sujet. Peut-être parce que la question ne lui a pas été posée… ?

Nous supposons, nous disons bien, nous supposons que la banque évoquée par Mme la ministre est Soudanaise et que l’argent y a été virée et que, par la suite, cet argent n’a pu aller vers le vendeur et ou vendeur/fabricant de ces appareils. Dans ce cas, il faudrait que les autorités sénégalaises expliquent le comment et le pourquoi de cet étrange montage/circuit financier…

Sincèrement, à la place du président du Sénégal, des têtes seraient tombées car c’est très grave. On ne peut jouer avec la santé des gens à ce point. Cela dépasse les clivages idéologiques et c’en est même choquant de voir que l’opposition politique ne mesure pas la gravité de cette question.

 

En attendant, vous devez vous demandez ce que deviennent les malades du cancer qui étaient traités par cet appareil ? Hé ben ! c’est fort simple : le gouvernement sénégalais, dans son immense bonté et dans son extrême clairvoyance a décidé de les évacuer sur le Maroc. Les coûts de ces évacuations n’ont certes pas été divulgués, mais nous pouvons tout de même vous dire que c’est extrêmement onéreux car il faut payer les billets d’avion (jusqu’à preuve du contraire, la ligne Dakar-Casablanca n’est pas encore ouverte, en voiture), il faut nourrir les patients, il faut payer les cliniques et autres hôpitaux marocains, il faut payer les hôtes et autres lieux de résidence etc.

Nous n’évoquerons même pas la piste de fabrication en Afrique de ce genre d’appareils. Nous en reparlerons?

On va encore vous dire que les pays africains sont pauvres et qu’il faut les aider. Le pire est que certains parmi vous croient encore à ces fables… 

 

Obambe NGAKOSO, February 2017, ©

 

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie