Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

4 août 2016

Il y a 33 ans, Thomas Sankara…

Classé dans : Politique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 23 h 09 min

Il y a 33 ans, un groupe de jeunes officiers faisait un putsch du côté de la colonie française de la Haute-Volta, mettant d’office à la retraite politique le militaire et président Jean-Baptiste Ouedraogo.

 

Blog_HV

Aujourd’hui, ce dernier est un médecin réputé. Tous ceux qui vont dans son clinique sont ravis de sa science car c’est un très bon chirurgien. Il a 74 ans et on comprend aisément qu’il n’aurait jamais dû mettre les pieds en politique car très peu se souviennent qu’il fut président du 08/11/1982 au 04/08/1983.

Par contre, le jeune homme qui le remplace, son ancien Premier ministre, Thomas Sankara, tout le monde se souvient de lui. Et pas que là-bas. Tout le monde parle encore de lui. Il a laissé en 4 ans de pouvoir, à peine, si j’ose dire, une empreinte que personne, nul, ne peut effacer. Pas même les 27 ans de pouvoir de son successeur et tombeur, Blaise Compaoré.

Un an après sa prise de pouvoir, il change le nom de son pays qui devient Burkina-Faso, c’est-à-dire, Le Pays des Hommes intègres. Ce fut un joli coup frappé dans l’univers françafricain où les choses étaient plutôt lisses, avec comme mot d’ordre, ne jamais rien remettre en cause de l’héritage colonial…

On a vu l’homme dans 99% des cas en tenue militaire (manches pliées) , en tenue faso dan fani (fabrication locale, de très belle qualité, avec du coton local aussi) ou encore en tenue de sport car c’était un grand sportif (vélo, foot et hand notamment).

On l’a vu à Harlem avant qu’il ne prenne la parole à la tribune des Nations Unies. Il avait expliqué à ses frères et sœurs de là-bas pourquoi il avait fait changé le nom du pays.

On l’a vu à un sommet de l’OUA à Addis Abeba en train d’expliquer que lui et toute sa délégation étaient habillés avec des vêtements dont le coton était cultivé au Burkina Faso.

Il est sans doute le seul de nos dirigeants  à avoir dit les choses, en face, en public, à un dirigeant occidental. François Mitterrand dans le cas d’espèce.

Quand Sankara apparaissait quelque part en Afrique, il se passait quelque chose dans les foules. Les jeunes notamment. Je me souviens encore du souvenir qu’il nous a laissés au Congo…

Sankara est l’un des rares à avoir osé demandé que personne, plus personne en Afrique ne paie ces fameuses dettes dont on sait de plus en plus combien elles sont injustifiées.

C’est lui qui un jour a dit à Addis Abeba, Si je suis le seul à ne payer cette dette, au prochain sommet de l’OUA, je ne serais pas avec vous.

Et il sera assassiné le 15 octobre par ses propres frères d’armes.

04 août 2016, j’ai une forte pensée pour lui. Très ému. Je pense ç lui, à son héritage politique, à ses compagnons de route encore parmi nous (comme Boukari Le Lion) comme disparus (Lingani).

Cette vidéo où on le voit et on l’entend à un sommet de l’ONU, à New-York fait partie de ce qu’il nous a légués de plus beau.

Merci Sankara, tu n’auras pas vécu en vain.

 Image de prévisualisation YouTube

 

Obambe NGAKOSO, August 2016©

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie