Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 29 novembre 2015

29 novembre 2015

Enseignement du Panafricanisme: Mention bien à la Jamaïque

Classé dans : Education — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 23 h 31 min

Jamaïque…
Jamaïca…
Les Arawaks l’appelaient Xamayca, d’où le nom.
Les Arawaks étaient là depuis les années 1000. Les Européens sont arrivés en 1494. Ils y ont massacré les autochtones et ont fini par aller arracher les Nègres à Kama (1672), ce qu’ils ont appelé cela la traite négrière, mais en réalité, il s’est agi d’un trafic. Le trafic négrier.
Fin dix-huitième siècle, on estime à 300.000 le nombre d’esclaves sur l’île, contre 15.000 Européens. Contrairement à une idée encore savamment répandue, ces populations africaines ne cessaient de se révolter contre l’autorité blanche. Parmi elles, il y avait des groupes appelés Marrons, se réfugiant dans les montagnes, donnant du fil à retordre. Malgré la fin officielle de l’esclavage en 1833, l’économie reste, bien entendu dominée par les planteurs blancs avec comme employés sans véritables droits, les… Africains. Pas vraiment de changement ! Les Britanniques qui avaient arraché l’île aux mains des Espagnols en 1670 demeurent maîtres jusqu’à l’indépendance en 1962. Quand on dit « indépendance », c’est une façon, de parler car même si le Premier ministre est Jamaïcain, l’île dépend comme l’Australie, comme le Canada, etc. de la Couronne britannique.
La Jamaïque, ce n’est pas seulement le pays qui a donné Robert Nesta Marley alias Bob Marley. Ce n’est pas seulement le pays qui a donné au monde Usain Bolt. Jamaïca, c’est, à mes yeux, d’bord et avant tout le pays des Marrons, ces Africains illustres qui refusèrent de se soumettre aux esclavagistes. Cet héritage, Marcus Mosiah Aurelius Garvey l’avait dans ses veines, dans ses artères, dans son plasma quand il quitta la Jamaïque en 1916, à l’âge de 33 ans, pour les USA. Ce qu’il a fait en Jamaïque, aux USA, en Angleterre ; ce qu’il a fait pour le peuple noir, je ne pense pas qu’il y ait un seul Noir sur cette Terre. Si le FBI aux USA n’a cessé de le traquer, ce n’était pas parce qu’il était « juste » noir. Non, il a réveillé la conscience de dizaines de millions de Noirs à travers le monde. Les Panafricains et les Panafricanistes du monde entier lui doivent tant et tant, peu importent les chapelles dont ils se réclament, garveyistes ou pas.
J’ai été ému d’apprendre qu’en Jamaïque, sa terre natale, désormais, le Panafricanisme sera enseigné. Même s’ils ne vont pas jusqu’au bout de la logique de Garvey, même pas à 50% de ce qu’il prône, c’est déjà bien. Je vous laisse lire.
Bon dimanche à vous !

http://panafricain.tv/la-jamaique-introduit-lenseignement-du-panafricanisme-dans-ses-ecoles/

Obambe NGAKOSO, November 2015©

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie