Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

11 juin 2015

Nos sorciers et nous

Classé dans : Société — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 23 h 19 min

Les Africains m’impressionnent chaque jour.

Où qu’ils soient.

Vous prenez un territoire comme le Cameroun, ou le Congo, ou la Côte d’Ivoire. Peu importe.

Sorcellerie

Vous prenez ensuite un quartier ou un arrondissement où vous mettez un ministre, un Directeur général d’une structure publique, un cadre des régies financières (Trésor public, ou Douanes ou encore Impôts) et tout autour, vous avez la plèbe, qui va constituer pour nous le groupe 2 tandis que pour nous, les premiers vont constituer le groupe 1. Vous entrez dans les parcelles des membres du groupe 1 et la probabilité est très forte d’y trouver un nombre impressionnant de quatre-quatre et tout plein d’autres symboles de luxe. Le luxe le plus insolent parfois. Tout le monde sait que, en gagnant honnêtement leurs vies, les membres du groupe 1 ne peuvent vivre dans une telle opulence. Impossible. Les choses passent comme une lettre à la poste. Dans les causeries, sur FaceBook, dans les fora, les gens s’en donnent à cœur joie pour traiter les membres du groupe 1 comme étant des voleurs, des crapules, des malfrats etc. Tout le vocabulaire concernant la lie de l’humanité est pour eux et rien que pour eux. Et, souvent, ça s’arrête là.

Par contre, quand une personne meurt au sein du groupe 2 et qu’une seule phrase prononcée par un membre de la famille du défunt, un seul mot dit par son époux ou son épouse suffit à mettre le feu aux poudres et le sorcier, désigné à la vindicte populaire soit lapidé. Si c’est une sorcière, le traitement est le même. Ça, on sait faire. Encore aujourd’hui, j’en ai entendu de bonnes.

En effet, une jeune fille est allée accoucher dans un « cabinet médical » d’un arrondissement de Mfoa et suite, très vraisemblablement à des négligences et des erreurs médicales, la maman et son bébé sont décédés. Les responsables dudit « cabinet médical » se sont débarrassés du bébé (si on puit dire) en envoyant les dépouilles directement au CHU de la ville. Et, comme dans la même famille, dans la même parcelle, une autre jeune fille est décédée dans les mêmes conditions, on a tôt fait de conclure à la sorcellerie. Et des pierres se sont mises à pleuvoir sur la maison, dans la parcelle.

Mon peuple est extraordinaire. Il parle à un être appelé Dieu qu’il n’a jamais vu et qu’il ne verra jamais. Il prie très fort des prophètes imposées hier à coups de baïonnettes et de fusils, mais qu’on se précipite à faire nôtres depuis des décennies. On voit la sorcellerie partout et, sans la moindre expertise autre que les on-dit, les ouï-dire, on tue des gens. Par contre, les vrais et plus grands sorciers que nous avons dans les gouvernements, aux têtes de nos diverses institutions, eux, on ne leur fait rien. Bien au contraire, on les insulte dès qu’ils ont le dos tourné mais on leur sourit et la vie est belle.

J’adore mon peuple !

Obambe NGAKOSO, June 2015©

 

 

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie