Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

7 mars 2015

Kama Ô Kama… Bamako, le sang!

Classé dans : Décès,Musique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 15 h 50 min

Ce matin, j’ai encore appris que nous avons été frappés.

Oui, à Bamako, un homme (des hommes ?) a utilisé (ont utilisé ?) une arme à feu pour tuer dans un restaurant appelé La Terrasse.

Mali !

Ô Mali !

Toi qui portes un nom si glorieux, tu es encore la preuve bien vivante qu’on peut avoir été un géant et se retrouver être un nain de rien du tout sur lequel le premier clampin et la première tondue venue peut s’essuyer les pieds, pisser, cracher sans qu’il n’y ait la moindre réaction digne de ce nom.

Ce que le Mali paie aujourd’hui, comme le Nord-est du Nigeria, comme le Nord du Cameroun, c’est le fait que notre peuple se soit mis à se mêler des choses qui ne nous regardent pas du tout.

Alors là, pas le moins du monde !

Je me souviens quand le président Ahmadou Toumani Touré, le grand ami de l’Europe, avait décidé de faire promulguer un nouveau Code de la famille au Mali, comment des imams avaient mobilisé la population bamakoise pour faire barrage.

La raison ? Ce texte inique, odieux, donnait autant de droits à la femme qu’à l’homme sur le sol malien.

Pauvres de nous !

50.000 Maliens (dit-on) avaient laissé leurs pénates pour aller protester contre ce qu’ils estiment être un recul dans leur vie de tous les jours.

Ces gens ne marcheront jamais pour que tous les Maliens aient de l’eau potable 24h/24 ; pour qu’ils aient de l’électricité de qualité tous les jours, sans interruption ; pour que les enfants maliens, du primaire à l’Université aient le droit de faire cours normalement et non pas 4 mois comme cela arrive parfois.

Non, on se mêle des choses étranges et l’essentiel passe sous silence.

Demain, qu’apprendra-t-on : qu’un homme armé a abattu tout un quartier de Bamako ?

Pauvres de nous !

Un peu de musique de là-bas, de chez nous, en mémoire de ces chers disparus…

Je ne sais pas si je vous dis – malgré tout – bon week-end, mais je vous dis quand même que chaque jour est une vie !

 Image de prévisualisation YouTube

Obambe NGAKOSO, March 2015©

 

 

 

Obambe NGAKOSO, March 2015©

Une réponse à “Kama Ô Kama… Bamako, le sang!”

  1. Mfoa.Nkuna dit :

    Quand un peuple délaisse ses propres valeurs pour épouser celles des autres, que voulez-vous qu’il advienne?

    En réalité, la religion n’est jamais loin. Les religions des autres, celles que l’on a imposées avec le sabre ou le fusil. Celles qui ont justifié et porté les razzias négrières.

    Celles dont aucun des prophètes ne parlait une seule langue kamite.
    L’homme kamite arrive le premier sur terre mais il faut attendre l’an zéro et l’an 622 du calendrier chrétien pour que Dieu lui envoie des prophètes avec lesquels cet homme kamite n’aurait pu communiquer.

    Manifester pour porter les valeurs culturelles des autres… N’est-ce pas ce que l’on appele avec euphémisme l’aliénation?

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie