Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

  • Accueil
  • > Humeur
  • > Le français, ses mots, ses phrases et la javelisation

29 septembre 2014

Le français, ses mots, ses phrases et la javelisation

Classé dans : Humeur — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 14 h 31 min

En lingala, quand on dit d’une personne A za mokuse (ou mukuse, sur la rive droite du Congo), cela ne pose aucun problème à la personne dont il est question.

Mots

Le mot sans doute le plus adapté pour dire « mokuse » en français est « court ». Curieusement, en France, dire d’une personne qu’elle est courte est considérée comme péjoratif. Il est donc convenu de dire « il est petit », plutôt que « il est court ».

Je souris!.

Cette envie de javelliser les mots et les phrases amène à des aberrations comme :

-       « Quartiers difficiles » alors qu’on ne parle jamais de « quartiers faciles » qui sont censés ne pas exister ;

-       « Beaux quartiers » pendant que les « vilains quartiers » ne sont jamais mentionnés ;

-       « Quartiers populaires » : où sont donc les « quartiers impopulaires » ?

-       « Zones sensibles » : on risque d’attendre longtemps avant que l’expression « Zones non sensibles » n’appariasse dans le jargon administratif ;

Même pour les pauvres gosses, on retrouve ce genre de drôleries car les enfants ayant eu une « enfance difficile » sont souvent cités, étudiés etc. tandis que les autres, qui auraient eu une « enfance facile » (c’est-à-dire ?) n’existent pas…

Elles sont belles les langues. Pas toujours évident de s’y retrouver…

Bonne semaine à vous, et n’oubliez pas que chaque jour est une vie !

 

Obambe NGAKOSO, September 2014©

 

 

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie