Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

9 septembre 2014

Guinée: Faillite de la BADAM: quand seront payés les clients?

Classé dans : Banques et Finances,Politique africaine — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 14 h 24 min

Le monde dans lequel on nous plonge de force, âmes, corps et biens ne cesse de nous montrer combien il est d’une cruauté sans limites. Pourtant, la plupart de nos dirigeants ne cessent de s’entêter à nous y faire demeurer. Il serait vraiment intéressant qu’une sorte de bilan soit faite car je me demande si un jour, toutes les guerres que nous avons subi ne seront pas un jeu d’enfants face à ce qui nous attend.Badam

Le billet du jour porte sur la Guinée. Celle d’Ahmed Sékou Touré et d’Alpha Condé, entre autres. Á y regarder de près, il n’y a pas que la Guinée qui nous offre une info aussi cataclysmique. Il y a dans cet enclos colonial une banque ou plutôt, il y avait. Cette banque s’appelle la BADAM (Banque africaine pour le développement agricole et minier), créée le 02 mars 2010 est déjà en faillite. Par quel miracle une banque, une société de cette envergure peut-elle couler en si peu de temps? Il serait intéressant que le ministre de l’Economie de la Guinée, le gouverneur de la BCG (Banque centrale de Guinée) et les anciens dirigeants de la BADAM s’expliquent à ce sujet. La justice guinéenne a tranché et les clients doivent être payés. Non seulement d’une part, on ne leur a toujours pas donné le moindre sou, mais en plus, ils ont beau marché, manifesté, rien n’y fait: les autorités guinéennes sont plus que sourdes.

Comment, je repose ma question, comment cette banque a pu faire faillite? Si ce n’est pas de la mauvaise gestion et des détournements de fonds (il y a assez d’articles sur la toile qui en font écho*). L’Etat guinéen est actionnaire à 30% dans cette banque mais cela semble lui faire une belle jambe, le drame qui se joue sous ses yeux. J’ai vu aux informations (Journal Afrique France Ô) un père de famille, un certain Diawara dire qu’il irait s’immoler par le feu devant un bâtiment public jusqu’à ce que mort s’ensuive, s’il le fallait. Son épouse, entourée de ses enfants, le soutient totalement et elle encourage vivement son époux à y aller.

Cette femme n’aime pas son époux? Loin s’en faut. Nous en sommes à un point où c’est tout ce qui reste à la plèbe: se tuer, se tuer et encore se tuer! Quand on voit le parcours d’Alpha Condé, il y a de quoi être désespéré, pour tous ces Guinéens qui ont cru en lui, qui l’ont soutenu durant les 29 mois où il fut embastillé par Fory Coco, Lansana Conté au civil.

Cette banque n’est pourtant pas la seule à fermer au Sud du Sahara. Je me souviens, au Congo, de deux banques notamment, la BNDC et la BIDC (Banque nationale de développement du Congo et Banque internationale  du Congo) qui ont coulé corps et biens sans que le peuple n’en reçoive la moindre explication. Je doute que tous les anciens dirigeants de ces deux banques aient quitté ce monde: certains font même de la politique et prétendent à un « destin national » pour repreendre une formule bien française. Pas un mot, pas un seul de leur part auprès de ces mêmes personnes qu’ils veulent séduire. Il y avait aussi la BCC (Banque commerciale du Congo), la plus grande en son temps. Elle est morte il y a quelques années de sa belle mort et les choses passées comme une lettre à la poste.

Nos dirigeants, par la manière dont ils gèrent ces choses, nous montrent chaque fois qu’ils n’en ont rien, mais alors strictement rien à cirer de la plèbe: des pères et des mères de famille au chômage, payant les fautes et les erreurs des autres. Des autres qui depuis longtemps ont montré les limites de leurs compétences mais qui, paradoxalement, se retrouvent ministres, DG d’autres structures étatiques ou paraétatiques. Il n’y a jamais de jugements pour eux, jamais de condamnations. Rien, rien, mais vraiment rien de rien.

C‘est ce monde, celui des impérialistes avec comme roi et Dieu l’argent. Dans ce monde, on se protège entre coquins et copains et surtout, on ne lâche personne, sauf qu’il ne faut pas partie du Milieu.

Obambe GAKOSSO, September 2014©

________________________________

*: Ici, et encore .

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie