Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

  • Accueil
  • > Société
  • > Titres, grades et honneur: le ridicule ne tue (vraiment) pas

25 juillet 2014

Titres, grades et honneur: le ridicule ne tue (vraiment) pas

Classé dans : Société — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 10 h 53 min

Les postes, les titres, les grades…

Que ne font pas certains pour y accéder coûte que coûte ?

Que ne feraient pas d’autres pour en être auréolé ?

Cadre

Hier soir, j’ai eu une conversation avec un frère qui me parlait de la nomination d’un autre frère, à un poste hiérarchiquement plus élevé que ce qu’il avait il y a peu. Je ne vous dis pas combien j’ai rigolé en apprenant cette nouvelle car le néo-nommé n’a eu de cesse de vitupérer des années durant contre sa hiérarchie qui, selon lui, ne reconnaissait pas ses mérites, sans doute extraordinairement immenses. Combien de fois depuis ici en Occident n’ai-je pas eu les échos de ses plaintes et autres vitupérations à ce sujet ? Lui, si brillant, si diplômé, si méritant, pourquoi ne pouvait-il aller plus loin ? Mais pourquoi ? Pourquoi donc ? Il y a bien des gens dans ce pays qui sont des « grands quelqu’un » et pourquoi il n’y aurait pas droit, lui aussi de tutoyer les cimes des montagnes les plus élevées ? Il voulait lui aussi aller là où on peut palper les billets de banque sans compter. Il voulait arriver là où on offre véhicule de fonction, secrétaires, chauffeur et tous les avantages qui vont avec, même si la paie, contrairement aux légendes, n’est pas toujours des plus mirobolantes.

Comme la chose ne venait pas, il avait changé de stratégie, s’en prenant aux sorciers de sa famille qui selon sa propre expertise, étaient à la base de son « retard » professionnel. Si sa carrière ne suivait pas la trajectoire tant rêvée par lui, c’était la faute de ces sorciers et rien d’autre.

Et, comme le sorcier n’est jamais loin, un, ou plutôt une, fut très rapidement désignée. Une femme de sa propre famille qui peut être considérée comme une grosse huile dans son secteur d’activités. Elle est DG (Directeur général ou Directrice générale, je ne sais pas comment on dit). C’était donc de sa faute si le frère cadet, si brillant, si méritant, si lumineux, ne pouvait faire bénéficier de manière plus intéressante notre cher continent de ses talents immenses. Ironie du sort la grande-sœur est DG de la même structure dans laquelle le frère cadet travaille. N’est-ce pas beau, tout cela ?

Pourquoi chercher un coupable loin puisque la grande-sœur remplit toutes les conditions pour être le facteur bloquant ? D’une, si elle est arrivée au poste de DG c’est qu’elle a dû faire au moins un sacrifice humain ou simplement elle « bloque »  les autres. Et comme on ne cesse d’avoir des enterrements dans cette famille… De deux, lui le frère cadet, en évoluant dans la hiérarchie, fatalement, allait finir par viser son poste. CQFD ! Toutes les raisons étaient réunies en somme.

Voilà donc que ce brillant homme vient d’être nommé par… sa grande-sœur ! Les accusations en sorcellerie et autres blocages vont-elles pour autant cesser ? Non, je vous le promets. Elles vont temporairement être mises en veilleuse, le temps pour le néo-nommé de jouir comme il se doit des bienfaits de son nouveau poste. Dès qu’il estimera que le poste est trop petit pour lui, il recommencera son cirque et il se trouvera toujours deux pelés et trois tondus – au moins – pour non seulement lui prêter leurs oreilles mais en plus pour lui donner raison.

Je souris.

Je rigole.

Je ricane.

Ce même brillant homme fut arrêté il y a quelques années, dans le cadre de ses fonctions, pour malversations avec les sous mêmes de son département. Grâce à cette même grande-sœur, il avait échappé et à un jugement de la justice locale et à la prison (qui était certaine au vu de la somme détournée). La nature faisant bien les choses, cette même grande-sœur qui lui avait donné ce boulot, qui l’avait sorti de ce (très) mauvais pas, n’était plus, temporairement, sorcière. C’en était arrivé à un point où les deux membres de cette fratrie ne se parlaient plus.

Certains me font pitié quand ils passent leur temps à taper sur nos hommes politiques, en oubliant de regarder le problème dans l’ensemble. Certes, l’exemple vient toujours d’en haut mais là, quand même…

Allez, je vous parie ce que vous voulez qu’il n’aura pas besoin d’un trimestre pour se mettre à réaliser de nouveaux exploits dans ses nouvelles fonctions… Ah ! ces cadres !!!

 

Obambe GAKOSSO, July 2014©

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie