Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

29 juin 2014

Ingérence? De qui se moque-t-on?

Classé dans : Politique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 0 h 19 min

Á en croire nombre d’élites françaises, le droit d’ingérence est une invention française et la terre entière devrait leur en être redevable. Je me souviens que dans les années 80 déjà, il ne pouvait y avoir un conflit à travers le continent africain sans que les media français n’évoquent ce « droit » et que certains politiciens français n’en fassent autant.

C’était tout simplement extraordinaire !

BK

Et le champion toutes catégories, médaille de platine sans doute, est Bernard Kouchner, dont le monde entier se souviendra des siècles durant, non pas pour ses talents de médecin, mais pour ce sac de riz porté sur son dos, afin de venir en aide à ces pauvres Africains qui, comme chacun sait, attendent tous les jours au bord de nos côtes, que l’Occident lui apporte de quoi casser la croûte. Ces Africains qui sont tellement incapables de vivre en paix entre eux, qu’ils trouvent tous les jours les moyens de créer des guerres sur le continent, de s’entretuer et ensuite d’accueillir à bras ouverts et toutes dents dehors, ce même Occident qui donc apportera dans un main un sac de riz et dans l’autre une boîte de médicaments. Je ne parle même pas du reste.

Cependant, ce que l’on ne dit pas (de la part de ce même Occident) et que l’on ignore souvent (de la part des Africains), c’est que très rarement, ces conflits et autres guerres ont réellement des causes afro-africaines.

Nous parlions du bon et généreux docteur Kouchner plus haut. Cet homme que l’Afrique a eu le malheur de connaître lors de la Guerre du Biafra, lorsque le colonel Emeka Ojukwu, à la tête d’une rébellion, voulait la partition du grand Nigeria et avait prévu de créer son État, celui du Biafra. Déjà, il portait des sacs de riz et avait sans doute reçu la mission divine de nous sauver. Monsieur Bernard K., a-t-il déjà dit à quel point son pays, la France, était partie prenante dans ce conflit qui a ensanglanté notre continent trois ans durant ? Nous sommes de plus en plus nombreux à le savoir et la littérature ne manque guère à ce sujet mais lui, le chantre de l’humanitaire-bizness, ne le dit pas et il n’est pas prêt de le dire. Pour les françafricains, il est et il demeurera toujours un héros car il aura avec son sac de riz sauvé la vie d’un enfant ou de deux enfants africains. Chose que nous, bien entendu, avec notre incapacité congénitale, à les en croire, sommes bien incapables de faire.

C’est dans le même état d’esprit que de grands enclos coloniaux comme le Mali et la RCA sont déstabilisés depuis des décennies mais dans la foulée, la France arrive avec ses chars et tout le bazar, pour « ramener la paix ».

Le temps passe et les bonnes habitudes. Les dindons de la farce sont toujours les mêmes et les grands bénéficiaires de la déstabilisation de Kama aussi. L’alliance dans le Nord du Mali entre la France et les rebelles touareg ne datent pas d’aujourd’hui et si les patriotes africains n’y prennent garde, ce pays qui fait plus de deux fois la France sera dépecée et une portion sera offerte au Mali. Les faits sont connus et seuls nous ne voulons pas les lire comme il faut, sous-traitant encore une fois notre sécurité au pays-même qui tire et les ficelles et les marrons du feu.

Ingérence, vous avez dit ingérence ? Mon œil…*

 

Obambe GAKOSSO, June 2014©

* : Je fais l’effort d’être poli…

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie