Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

25 janvier 2014

Sabala détente avec les 40 ans de Malavoi

Classé dans : Musique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 10 h 32 min

Il y a des noms qui en traversant le temps, nos vies, finissent par devenir mythiques.

« Malavoi », ce nom a fini par le devenir pour moi. Je me souviens encore quand, adolescent, au bord du Congo, au bord de Madukutsekele (cette rivière tellement crasse que je la détestai alors qu’elle me manque tant, depuis que je ne suis plus à Kama), quand nous achetions nos cassettes audio.

Je me souviens encore quand nous répliquions ces mêmes cassettes afin d’en avoir le maximum (avec toutes les bandes dessinées à acheter, c’était impossible d’acheter toutes les cassettes qui sortaient).

Malavoi faisait partie de ces groupes qui nous enchantaient et nous faisait rêver. Qui nous faisaient rêver de cet ailleurs, si proche et si lointain en même temps.

Si lointain car de Mfoa à Marie Galante ou au Moule, nous étions obligés (pour ceux qui le pouvaient, le voulaient) de passer par Paris.

Si proches car quand on prêtait vraiment l’oreille, il y avait des mots, dans cette langue appelée créole (ou kréol, ou encore kréole) qui nous parlaient. Des mots et des phrases qui nous semblaient tellement familiers…

Le zouk… Quel adolescent dans nos contrées, dans notre génération, dan celle de mes aînés et dans celle de mes puînés, n’y a pas gouté même une seule fois ?

C’est à Fort-de-France (Fordeuf) que ce groupe est né, dans les années 1970. Cependant, contrairement à la majorité des artistes antillais que nous avions l’infini plaisir d’entendre, ce groupe n’a pas fait que du zouk et de la biguine ou bien du zouk ou de la biguine. Non !

Malavoi est allé au-delà et a exploré moult genres musicaux, pour notre plus grand bonheur : zouk, biguine, salsa, latin-jazz, mazurka, la musique cubaine etc. Mi à part la mazurka qui nous vient de la Pologne, on voit dans tous les autres genres musicaux explorés, tâtés par Malavoi une touche africaine. Un reste (d’immenses restes ?) de cette Afrique qui nous est commune, nous natifs du continent et nos frères et sœurs qui sont là-bas, si loin et si proches en même temps..

Le dimanche 1 décembre 2013, Malavoi a fêté ses 40 ans d’existence au Zenith de Paris.

Inutile de vous dire que c’était plein à craquer.

Inutile de vous dire qu’il y avait le feu.

Pour celles et ceux qui n’y étaient pas physiquement, France Ô a pensé à nous et moi j’ai pensé à vous, vous qui me faites le plaisir et l’immense honneur de me lire chaque jour. Je vous offre 28′ d’un de leurs concerts. 

Vive Malavoi !

Vive les Antille !

Vive Kama !

Bon week-end à vous et n’oubliez pas que chaque jour est une vie !

 Image de prévisualisation YouTube

Obambe GAKOSSO, January 2014©

Une réponse à “Sabala détente avec les 40 ans de Malavoi”

  1. Kinzy dit :

    Je suis ravie de faire partie de ceux à qui l’on pense!
    Moi, j’aime Malavoi aussi !

    Bravo pour ton recueil de nouvelles ! Le tout en un seul commentaire.

    Bonne continuation et Bonne Année !

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie