Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

1 janvier 2014

Boucherie en RDC ou la folie des croyances importées

Classé dans : Politique africaine — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 23 h 45 min

C’est par un coup de fil que j’ai appris le drame qui se déroulait à Kinshasa le lundi 30 décembre 2013 dernier. Ce coup de fil me faisait quasiment vivre en direct une partie des événements.

Á ce moment-là, la force publique avait pris le dessus sur les assaillants et les autorités demandaient même à la population de vaquer de nouveau à leurs occupations.

 

Joseph Mukungubila-Mutombo

Joseph Mukungubila-Mutombo

 

La RDC.

République démocratique du Congo.

Voilà encore un pays qui, depuis son occupation illégale par le roi des Belges (Léopold II) ne connait pas d’accalmie. On aura beau tourner et retourner le problème comme on veut, mais tout ce que ce pays, ce géant aux pieds d’argile, vit et connait comme soubresauts, ce sont les conséquences de cette invasion datant du dix-neuvième siècle avec ses bandits appelés explorateurs et missionnaires. Ils ont semé pour longtemps, mais vraiment pour bien longtemps des graines qui donnent des arbres solidement enracinés dans notre continent en général et au Congo-Rive gauche en particulier (puisque c’est le cas qui nous intéresse aujourd’hui).

Ces arbres ont poussé et tellement bien poussés qu’ils sont devenus immenses. Ils donnent des feuilles de très mauvaise qualité puisque les graines elles-mêmes étaient pleines de poison. Et parmi ces feuilles et ces branches qui nous pourrissent la vie, il y a ces religions importées qui, pourtant, dans leurs livres prétendument sacrés, annonçaient la couleur : il est question de violence, de meurtres, de viols, de rapines et autres razzias.

Je vois certains lecteurs de cet espace se demander quels liens il peut, il pourrait y avoir entre ces religions abrahmiques et le drame de Kinshasa. Se poser cette question est vraiment faire preuve de mauvais, mais de très mauvaise foi. Comment expliquer qu’un homme, qu’on appelle un coup « pasteur », un coup « prophète », un coup je ne sais quoi d’autre, puisse envoyer des enfants à la casse ? Comme dirait monsieur Bakoua, un professeur de mathématiques que mes collègues et moi apprécions beaucoup, du temps du lycée, « Les enfants des autres » qui plus est. Ce Mukungubila Mutombo, Joseph de son prénom biblique n’est rien d’autre qu’un irresponsable, à mes yeux. Un aventurier et un illuminé qu’il fat juger considérer comme tel. Cet homme a fait preuve d’une légèreté incroyable. Et le sang a coulé en grande partie par sa faute.

Ce qui m’intéresse ici ce n’est pas son combat politique, très légitime au demeurant car le champ politique, j’encourage vivement les Africains à l’investir car c’est là que tout se décide. Mais on ne fait pas la politique en envoyant des enfants, des innocents, se faire tabasser comme ils l’ont été au Palais de marbre, siège du pouvoir présidentiel. Ces gens, se réclamant de ce gourou ont attaqué divers endroits, avec prise d’otages à la RTNC (Radio télévision nationale congolaise) et cela s’est terminé par un bain de sang.

Question : pourquoi ont-ils pris des agents de la RTNC en otage ? Dans quels buts ? Quels liens entre leur volonté manifeste de prendre le pouvoir en chassant Joseph Kabila Kabange du pouvoir ?

On connait les coups d’État et autres tentatives de coups d’État. Mais je me demande ce que la prise d’agents publics comme otages peut, pourrait apporter dans ce genre d’aventures. Cela ajoute une pierre dans ma construction, quand je pense que ce gourou et ses adeptes sont à côté de la plaque, mais complètement à côté de la plaque.

Mukungubila Mutombo, candidat malheureux (selon la belle formule consacrée) à la présidentielle de 2006 dit avoir remis une lettre à ses adeptes, à remettre à Kabila. Dans cette lettre il était notamment fait mention que Kabila étant un « étranger », il ne pouvait pas diriger le pays. Reprenons ses mots, à ce gourou : C’est intolérable qu’un étranger soit à la tête du pays. C’est intolérable (déclaration faite à l’AFP, Agence France presse). Depuis l’assassinat du président Laurent Désiré Kabila (janvier 2001), tombeur du président Mobutu, agent de la CIA et autres services occidentaux pour qui il a œuvré quasiment quarante ans durant, les analystes et autres commentateurs de la politique RDCienne ont divisés quasiment en deux camps l’un des camps n’y va pas par quatre chemins : Kabila Kabange (né en 1971) n’est pas pour les uns, le fils biologique de Kabila (né en 1939).

Je le dis d’emblée : ce débat ne m’intéresse pas comme il ne m’a jamais intéressé et comme il ne m’intéressera sans doute jamais. Ceci sur le plan politique. Il est intéressant pour animer certaines soirées avec quelques verres, histoire de refaire le monde et de comprendre certains faits historiques, en les séparant des légendes et autres fables. Mais pour moi, que Kabila Kabange, que certains appellent Hyppolite Kanambe son vrai nom, selon eux) serait le fils biologique du Mzee ou pas n’a aucune espèce d’importance car les racines du mal RDCien sont ailleurs que dans des histoires de patronymie, de génétique et autres filiations. Mukungubila Mutombo est dans la même logique et c’est même quasiment son seul argument politique.

Quelle légèreté…

Imaginons que cet illuminé accède demain au pouvoir, par l’opération du Saint-Esprit (puisque c’est sa source essentielle d’inspiration), que fera-t-il à la tête du pays puisque son projet de société aura consisté à dénoncer « un étranger » ?

Faisons un peu de fiction et admettons en effet que Kabila Kabange soit en effet « un étranger » comme certains le disent si bien. Mukungubila Mutombo et ses adeptes qui eux ne parlent, ne jurent, ne crient, ne mangent, ne dorment, ne crient, bref ! qui font tout au nom de Jésus Christ, savent-ils au moins que, au regard de la loi congolaise, ce dernier est aussi un étranger ? Comment peut-on vivre dans de telles paradoxes ?

Combien de fois sur notre continent, n’a-t-on pas vu des politiciens utiliser leurs militants comme chair à canons et, le lendemain, ils s’embrassent quasiment sur la bouche avec  leurs s adversaires supposés. Adversaires qu’ils vouaient aux gémonies la veille même et à qui ils souhaitaient l’enfer le plus brûlant.

Les Congolais se souviennent-ils qu’en 1992, en novembre, lorsque les leaders politiques qui venaient de sceller leur mariage (Bernard Bakana Kolélas et Denis Sassou Nguesso) avaient appelé le peuple à marcher, il y eut trois morts. Tués par des balles payées par les contribuables africains. Quand Kolélas bénéficia des avantages du pouvoir, plus tard, a-t-il eu un seul instant une pensée pour ces trois morts et leurs familles ? Je doute même qu’il ait su où ces pauvres pelés et tondus furent enterrés… Rebelote en 1997. Les enfants envoyés à la boucherie qui dura de juin à octobre 1997 furent très vite oubliés par les vainqueurs de cette guerre, les partisans de Denis Sassou Nguesso. Comme ce dernier avait d’ailleurs oublié les morts de novembre 1992. Comme Kolelas donnera la priorité à ses enfants lorsqu’il rentrera de son exil et comme les exilés de l’ancien parti du président Pascal Lissouba oublieront tous ces enfants morts les armes à la main, pour eux.

Y a-t-il eu des comptes qui ont été rendus aux familles de l’hinterland qui croyaient que leurs enfants allaient en ville pour une vie meilleure alors que leur mort était programmée pour servir d’engrais aux plantations de ceux qui se présentent comme des leaders politiques.

Il serait temps, mais plus que temps, que la jeunesse africaine cesse de croire aux chants de sirènes de ces hommes dont l’incompétence n’a d’égale que leur cruauté : leurs enfants ne prennent jamais les armes mais toujours ceux des autres ;quand les enfants des autres se font tuer, les leurs sont à l’abri soit en Europe, soit dans des pays voisins, soit encore dans leurs villages tout simplement.

Le président Kabila travaille mal ? Ce n’est pas peu de le dire et mon espace n’est vraiment pas le lieu pour défendre le bilan de cet homme. Mais je ne crois pas que ce soit en envoyant de pauvres gamins à la boucherie-charcuterie telle que cela a été fait que la RDC trouvera solutions à ces problèmes. L’Est, rien que l’Est de la RDC demande l’attention de tous les enfants de ce pays immense ainsi que celle des Africains. Si on n’est pas capable de ramener la paix, dans le Sud-Kivu, il est vraiment illusoire de penser que tuer Kabila ou le chasser du pouvoir rendra de facto les Congolais heureux. Et surtout pas avec des gourous du genre de Mukungubila qui non seulement trompe du monde avec des fables écrites en Orient il y a des lustres, mais qui de plus n’est pas capable de discuter politique. La vraie politique. Pas celle à la petite semaine.

Entre Mobutu Sese Seko Kukungwendu Wazabanga, né Joseph Désiré Mobutu, Joseph Kabila Kabange et Joseph Mukungubila Mutombo, la RDC a vraiment des soucis à se faire avec les Joseph…

Obambe GAKOSSO, January 2014©

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie