Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

  • Accueil
  • > Lectures
  • > « Reines d’Afrique et héroïnes de la diaspora noire » (1) de Sylvia Serbin

24 octobre 2013

« Reines d’Afrique et héroïnes de la diaspora noire » (1) de Sylvia Serbin

Classé dans : Lectures — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 0 h 25 min

Ce livre est sorti en novembre 2004 et j’espère vraiment qu’il est un best-seller. Jamais, jamais avant celui-ci, je n’en avais lu de la sorte. Qualité, richesses d’information concernant des femmes noires qui ont marqué de grands coups en leur temps, chacune, aussi bien sur le continent qu’au sein de notre diaspora. Sylvia Serbin est historienne et journaliste de formation. Elle commence très bien ce livre par une question de sa fille (âgée de 8 ans): Comment se fait-il que tous les autres pays ont des femmes et pas les gens comme nous  [sous entendu à la peau noire]? Les Indiens ont Pocahontas, les Américains ont Calamity Jane, les Français Jeanne d’Arc, les Anglais la reine Victoria. Et nous, on n’existait pas avant?. Quand on ne s’est jamais intéressé à l’histoire de notre continent et de notre peuple, il n’est pas évident de donner une réponse intelligente qui satisfasse l’enfant.

S. Serbin s’est alors attelé à la rédaction de ce magnifique ouvrage, un bijou d’un peu plus de 300 pages, qui paraîtra aux éditions Sépia. Le sommaire donne grandement envie. Envie de s’y plonger. Envie de le lire avec le plus grand soin possible et de dire à nos sœurs, à nos filles, Regardez, quand on vous dit que parmi nos aïeules, il y en a dont on parlera et reparlera des siècles durant, encore. Quand on voit ce que l’Occident investit en ressources financières, matérielles et surtout humaines, afin que leur mémoire perdure, afin de préserver non seulement leur patrimoine, afin que leurs héros et héroïnes ne soient jamais oubliés, etc.

J‘ai par le passé déjà eu l’occasion – passion oblige – à m’intéresser à la plupart des reines et héroïnes citées dans l’ouvrage de Serbin. Mais ce fut un plaisir, il y a quelques années, de le lire, malgré tout, car il y a des anecdotes, des pans de leur histoire, de notre histoire, que j’ignorais. Et l’auteure les a, à mon avis, très bien restitués. Le sommaire donne vraiment envie. Il y a d’abord les reines:

  • Anne Zingha, reine d’Angola;
  • L’héroïque sacrifice de la reine Pokou;
  • Tassin Hangbe, éphémère reine du Dahomey;
  • Ndete Yalla, reine du Walo;
  • Ranavalona III, dernière souveraine de Madagascar.

 

ravana dans Lectures

La reine Ranavalona III

Allez, pour la suite du sommaire, je vous invite à vous procurer le livre car il y a du bon, du lourd et du très copieux dans cet ouvrage. De la bonne nourriture pour des esprits aliénés par des décennies d’empoisonnement occidental, à la sauce Jules Ferry et autres ethnologues coloniaux.

En juillet 1883, lorsque la jeune (22 ans) princesse Razafindrety va être intronisée sous le nom de Ranavalona III, elle tient des propos que l’on devrait enseigner à la majorité de nos dirigeants, au Sud du Sahara: Je suis Ranavalona III qui parais devant vous. Me connaissez-vous? Après le déluge de joie qui suivra sa question, la nouvelle et jeune reine, enchaîne: Dieu a donné ce grand royaume à mes ancêtres. Ma première préoccupation, mon seul souci seront toujours pour votre bien, afin d’accroître ce que nos ancêtres nous ont légué et pour vous donner davantage. Votre bonheur passera avant le mien. Ma tête pensera pour la vôtre. Mon argent paiera vos dettes. Mon corps préservera le vôtre. Qui dit mieux? De la page 69 à la page 84, de pans entiers de l’histoire de la plus grande île africaine (près de 590.000 Km2), avec des récits concernant des reines qui sont passées avant elle, avec les luttes d’influence entre Britanniques (plutôt protestants) et Français (plutôt catholiques) qui se battaient pour le contrôle de cette immense île (plus grande que la France) mais aussi de ces eaux qui font « frontière » avec l’Asie.


ndette

La reine Ndette Yalla

Ndette Yalla (1810-1860), fut reine du Walo et mourut en 1856, après de terribles luttes de résistances héroïques face aux Maures d’abord, et ensuite aux Français. Cette femme fut d’un courage extraordinaire. De ces courages où on ne craint personne, même quand on un petit pays comme le sien, face à la France qui occupe des territoires entiers pas loin. Elle aura le cran de dire aux Français, en 1847, lorsque ces derniers – déjà – n’étaient même pas foutus de respecter leur parole: Nous n’avons fait de tort à personne (…) Ce pays nous appartient et c’est à nous de le diriger. C’est nous qui garantissons le passage des troupeaux dans notre pays. Pour cette raison, nous en prenons le dixième et nous n’acceptons jamais autre chose que cela. Saint-Louis appartient au gouverneur, le royaume du Cayor appartient au Damel et le Walo appartient au Brak. Que chacun de ces chefs gouverne son pays comme bon lui semble.

Sur notre continent, mis à part le président Robert Gabriel Mugabe, qui peut tenir un discours pareil aux Occidentaux.

@ suivre pour deux autres portraits.

 

Obambe GAKOSSO, October 2013©

6 réponses à “« Reines d’Afrique et héroïnes de la diaspora noire » (1) de Sylvia Serbin”

  1. Liss dit :

    J’avais vu il y a quelques années les vidéos de Sylvia présentant son livre et la machination dont elle a été victime, son livre ayant été malhonnêtement été traduit parce que le pan d’histoire africaine qu’elle portait à la connaissance du public était tellement beau que le traducteur occidental éprouva le besoin d’y introduire des aspects négatifs pour nourrir le fantasme du Blanc supérieur… Je m’étais promis de la lire, mais le temps me fait défaut.

    • Ma soeur Liss,

      Je reviendrai un jour – j’espère – sur cette escroquerie dont a été victime Sylvia Serbin de la part de ces bandits, des escrocs.
      C’est une honte!
      C’est un scandale!
      Non seulement on a manqué de respect à son magnifique travail, mais en plus on l’a dévoyé.
      Encore une fois, il est question de falsification de l’histoire. Ce sont toujours les mêmes.

      J’espère que demain, après-demain, un jour, Mme Serbin obtiendra réparation et que tous les descendants et toutes les descendantes de ces grandes et merveilleuses dames, dont je me réclame, obtiendront aussi réparation.

      @+, O.G.

  2. Kiminou.C dit :

    Bonsoir grand Obambé,

    C’est un livre magnifique que j’ai reçu en cadeau. Je ne savais pas du tout qu’elle avait eu des problèmes avec le contenu. Enfin tu parles aussi un peu des femmes, çà fait plaisir.

    CaroLINE

  3. Grace Bailhache dit :

    Super ouvrage à lire, relire et à offrir en effet Obambé. Ce qui me stupéfait c’est la question de la petite fille de 8 ans ? Mais jusque là, on lui racontait quoi comme histoires ?

    Rassures moi Obambé, quand tu étais petit, tu avais entendu parler de Kimpa, la reine Nzinga et de Ngalifulu ?

    Grace

  4. A-FREE-CAN.COM dit :

    ♥ A-FREE-CAN.COM propose ce livre. Merci de cliquer sur le lien suivant : http://a-free-can.com/REINES-DAFRIQUE-ET-HEROINES-DE-LA-DIASPORA-NOIRE-par-Sylvia-Serbin
    du site

  5. costil dit :

    bonjour,

    je cherche ce livre désespérément n’étant en vente nul part sauf sur amazon où les prix sont à 1700 euros !! savez où je peux l’acheter , ou si quelqu’un le vend n’hésitez pas à me contacter

    merci :)

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie