Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

11 juillet 2013

En hommage à Aimé Césaire, interview de Rosa Amelia Plumelle-Uribe

Classé dans : Ligue Panafricaine - UMOJA — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 5 h 57 min

Le premier livre que j’ai lu de Rosa Amelia Plumelle-Uribe est La férocité blanche : des non-Blancs aux non-Aryens, ces génocides occultés de 1492 à nos jours, paru chez Albin Michel en mars 2001 (18€43, prix éditeur). J’étais dans un train et j’avais fini le boulot.

En hommage à Aimé Césaire, interview de Rosa Amelia Plumelle-Uribe dans Ligue Panafricaine - UMOJA puJe m’étais enfin décidé à entamer la lecture de cet essai, qui traînait dans mon sac, alors que je l’avais depuis quelques temps. Quand le train est arrivé à son terminus, je ne voulais pas en descendre. Non pas qu’il fut spécialement confortable, mais parce que le livre était tout simplement fabuleux. Fa-bu-leux !!! Un livre à mettre entre les mains de tous nos enfants, sans la moindre limite d’âge.

J’ai eu par la suite l’occasion de lire trois autres de ses ouvrages :

  • Traite des Blancs, Traite des Noirs, Aspects méconnus et conséquences actuelles (octobre 2008, L’Harmattan, 22€80) ;
  • Victimes des esclavagistes musulmans, chrétiens et juifs. Racialisation et banalisation d’un crime contre l’humanité (novembre 2011, Anibwé éditions, 16€) ;
  • Kongo, les mains coupées (novembre 2010, Anibwé éditions, 15€).

Cette avocate afrodescendante de nationalité colombienne a fait sienne la cause des Noirs dont elle fait partie, sans la moindre hésitation. Chaque fois que je l’ai entendue s’exprimer, il n’y a jamais eu la moindre once d’ambiguïté : elle est Noire et point barre.

Mme Plumelle-Uribe met les points sur les I et les barres sur les T. il n’y a pas de faux-fuyants avec elle : elle nomme les choses là où certaines convenances voudraient les emberlificoter et continuer à esquiver ce qui ne devrait pas l’être. Je l’ai rencontrée plus d’une fois. Je l’ai vue en vidéo. Je l’ai écoutée en live. Ponctuelle, elle l’est. Rigoureuse, elle l’est aussi.

Pour le compte de la Ligue Panafricaine – UMOJA et à l’occasion du centenaire d’Aimé Césaire, le Nègre fondamental, elle nous a accordé une interview, au micro du camarade Ismaël Sow.

En trente minutes, elle nous parle sans détours de cet homme dont on ne cesse de décortiquer l’œuvre monumentale, en qualité. Bonne visualisation !

Obambe GAKOSSO, July 2013©

Une réponse à “En hommage à Aimé Césaire, interview de Rosa Amelia Plumelle-Uribe”

  1. Grace Bailhache dit :

    Waoh çà c’est quelqu’un qui m’a tout à fait échappé et je me demande comment ? Merci Obambé, je vais me précipiter sur cette interview comme la vérole sur le bas clergé breton.

    En attendant j’arrête là ma promenade de ce matin, mais je repasserais comme toujours te lire avec enthousiasme.

    Grace

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie