Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

5 juillet 2013

Evo Morales, son avion et les valets occidentaux

Classé dans : Politique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 9 h 08 min

Quel est le pays le plus démocratique au monde ? Notre camarade de classe le plus rigolo de répondre, La Hongrie, sans avoir vraiment d’arguments à mettre en avant. Je répondis l’Angleterre. Pourquoi ? Sans jamais avoir mis les pieds au pays de Shakespeare, je me référais à ce que l’on me disait et à ce que je lisais ça et là. Il paraît que dans ce pays, quand il fallait faire la queue, tout le monde y était soumis. Que l’on s’appelle Margaret Thatcher ou Elisabeth II.

 

Evo Morales, son avion et les valets occidentaux dans Politique les-31-300x199

Alvaro Garcia Linera (vice-président), Evo Morales et David Choquehuanca (ministre des Affaires étrangères)

Nous étions alors en classe de seconde et c’était notre professeur de philosophie, monsieur Banga, paix à son âme, qui nous avait posés cette question. La discussion fut vive entre lui et chacun de ses élèves qui avait « son pays le plus démocratique au monde ». En final de compte, le but de sa question était de nous amener à mieux réfléchir aux concepts avant de nous jeter âmes et corps dans des réponses soit convenues soit vides de toutes réflexions préalables. C’est aussi cela la philosophie.

Cette belle discipline qui, si chacun l’appliquait au moins un quart d’heure par jour, changerait à coup sûr notre monde. Je ne sais pas par contre s’il le rendra meilleur…

J’ai pensé à cet homme qui m’a donné l’amour, la passion et le goût de la philosophie quand j’ai appris l’incident diplomatique qui a impliqué hier les USA (encore eux), la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal. En effet, le président bolivien Evo Morales rentrait tranquillement chez lui, en Bolivie, à bord d’un avion, après avoir assisté à une réunion de pays producteurs de gaz naturel* à Moscou (Russie). Or, la terre entière, sauf mes oncles dans leurs villages, est au courant que les USA officiels sont sur les dents. Ils sont tellement sur les dents que les prescripteurs de médicaments, outre-Atlantique doivent multiplier ces temps-ci des ordonnances. En effet, un citoyen américain, d’à peine trente ans, Edward Snowden est en partie à l’origine de cette colère qui met toute l’administration US verte de rage, sauf le président Barack Hussein Obama bien sûr, qui lui n’a pas du tout le droit de verdir, puisqu’il n’est pas un homme de couleur…

Ce jeune homme donc a fui son pays depuis quelques semaines ( ?), jours ( ?). On l’avait retrouvé du côté de Hong-Kong (territoire chinois) et depuis peu, il serait localisé dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou (Russie). Les USA l’accusent d’avoir trahi son pays en divulguant des secrets d’État. Son passeport a même été invalidé, pour l’empêcher d’aller où que ce soit.

Bon, je n’entrerai pas plus dans les détails de cette sordide histoire, digne d’un polar à entamer quand on a fini de lire des ouvrages afroconscients.

Snowden chercherait donc une terre d’asile pour se mettre à l’abri des barbouzes de son pays qui, si jamais elles arrivaient à mettre la main sur lui, lui feront sans doute regretté d’être venu au monde. Or, tout le monde sait qu’entre la Bolivie (depuis que ce pays est dirigé par le très courageux Evo Morales) est loin de faire partie même du cent-cinquantième cercle d’amis des USA, « le pays de la liberté » (sic !) Et il a donc été extrêmement aisé, à ces sachants et autres connaissants, experts en tout, de conclure que Snowden se trouvait dans l’avion présidentiel bolivien afin que, à son arrivée à La Paz, ce dernier demande l’asile politique dans ce pays qui n’a pas de convention d’extradition avec les USA. C’est là qu’entrent en jeu les pays européens cités plus haut.

La France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal, à l’unanimité, ont refusé à l’appareil bolivien le droit de survoler leurs espaces aériens, obligeant ce dernier à faire une escale à Vienna (Autriche) pour révision technique et recharge de kérosène. Lors de cette escale forcée, « on » tentera de fouiller, de force, l’avion présidentiel bolivien. Comme il fallait s’y attendre, Evo Morales s’opposera à cette fouille d’une sauvagerie incroyable, digne de méthodes de gougnafiers.

Quand on est des gens qui se disent civilisés, il n’y a pas de raison de refuser que l’avion d’un pays avec qui on n’est pas en guerre survole son espace aérien. Or, que je sache, aucun de ces trois pays n’est en guerre avec la Bolivie. Aucun. Inutile d’être l’inventeur d’Internet, du téléphone portable, du modem, du fax, de l’imprimante, de l’imprimerie, de la clé USB réunis, pour imaginer que ces trois pays, qui se disent indépendants et souverains ont cédé à une très amicale pression du grand-frère américain. Sinon, quelle (s) explication (s) peuvent-ils nous fournir à ce geste d’une stupidité incroyable ? Et dire que ces pays bombent le torse devant nous tous les jours et nos dirigeants exécutent leurs ordres, le doigt sur la couture du pantalon. Pitié…

On me dira qu’un pays est libre d’ouvrir ou non son espace aérien à un avion d’un pays étranger. Vrai. Les lois sont claires. Mais quand cet avion a déjà donné son plan de vol et que ce dernier a été approuvé, cela ne se fait pas du tout. Cela semble même être une première, surtout à ce niveau.

Les explications de l’Elysée et de Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères sont d’un ridicule infini. Laissons-les là où elles sont : au caniveau.

Suite à un tel épisode mi-rigolo mi-idiot, les Africains ont encore besoin de quel exemple pour comprendre que ces pays que ces puissances européennes, devenues au fil du temps très moyennes, ne sont pas ces colosses que nous devons sans cesse craindre, dès qu’elles l’ouvrent ? Ces pays sont faibles et ils ne doivent leur semblant de force que devant moi, car nous les craignons et leur accordons une importance démesurée qu’elles n’ont point.

La Bolivie de son côté, n’a pas laissé passé une telle occasion comme l’aurait fait un pays du pré carré français (de Dakar à Mfoa, ils sont légion). Les réactions aussi bien des officiels que d’une partie de la population de ce pays décidément de plus en plus en plus plaisant, font… plaisir à voir et cela confirme encore une fois que lorsque l’élite politique est capable de comprendre les enjeux mondiaux et de les expliquer comme il se doit au peuple, ce dernier ne peut demeurer longtemps dans une obscurité comme on peut le constater sous nos cieux où la lobotomie semble avoir tissé une toile géante au-dessus de nos maisons.

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro ne se taira pas, devant cette infamie, évoquant notamment une violation de toutes les règles d’immunité qui protègent les chefs d’État. La présidente de l’Argentine, Cristina Kirchner ne sera pas en reste, mettant en ligne comment son homologue équatorien, Rafael Corea lui a appris la nouvelle :

  • Salut Rafa, comment vas-tu ? (…)
  • Tu ne sais pas ce qui se passe ?
  • Non, que se passe-t-il ? (…)
  • Cristina, ils ont arrêté Evo et son avion et ils ne le laissent pas quitter l’Europe. (…)

Et la présidente Kirchner de conclure, Ils sont définitivement tous fous !

Une centaine de Boliviens se sont déportés devant l’ambassade de France à La Paz et y ont brûlé deux drapeaux français en signe de protestation, après avoir caillassé cette même ambassade. Le parlement bolivien envisage de demander les expulsions des ambassadeurs des quatre pays européens qui se seraient soumis à tonton d’América.

Les dirigeants africains, pendant ce temps, continuent à planquer leurs sous en Occident, à y acheter des appartements, des maisons et des hôtels particuliers. Dommage que nous n’ayons pas d’Evo Morales sur le continent…

Obambe GAKOSSO, July 2013©

—————————————————

* : En 2008, la Bolivie a produit 14.200.000.000 de mètres cubes de gaz, soit la trente-quatrième production mondiale, admettant que l’Union européenne soit le troisième. Sur 92 pays recensés.

2 réponses à “Evo Morales, son avion et les valets occidentaux”

  1. St-Ralph dit :

    Bravo, Obambé ! joli billet qui fait voir le problème sous un angle que les Français ne voient pas. Bravo !

  2. Obambé GAKOSSO dit :

    Mon cher St-Ralph,

    C’est un vrai plaisir et un devoir pour moi d’essayer d’allumer ma modeste bougie pour mieux voir ce genre de choses.

    Merci à toi.

    @+, O.G.

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie