Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

15 mai 2013

Lettre à monsieur Vialatte, député français (Var)

Classé dans : Politique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 18 h 45 min

Monsieur Vialatte,

 

Jusqu’à hier midi, je n’avais encore jamais entendu parler de vous. Bien entendu, me direz-vous, cela n’a que peu (très peu même) d’importance. Fort bien.

Lettre à monsieur Vialatte, député français (Var) dans Politique vialatte-300x150Le message que vous avez twitté hier et que vous avez fait disparaître (je me demande pourquoi, même si j’en ai ma petite idée) après le tollé que vous avez provoqué, a rapidement fait le tour de la toile. Vous y avez dit, je reprends in extenso vos propos, Les casseurs sont sûrement des descendants d’esclaves ils ont des excuses #Taubira va leur donner des compensations. Pour ceux qui seraient arrivés droit de la planète Jupiter, lundi 13/05/2013, un club de la région parisienne appelé Paris Saint-Germain (PSG) avait décidé d’organiser une parade à Paris, sur la place du Trocadéro, afin de célébrer le troisième titre de champion de France de son histoire. La fête a tourné court car, selon les expressions consacrées (selon qui parle), des jeunes ont attaqué les forces de l’ordre présentes. D’autres ont utilisé le mot de casseurs. On a aussi eu droit au mot voyous. Bref ! des incidents entre des hommes (apparemment il n’y avait pas de filles) et des forces de l’ordre. Ce spectacle n’est pas beau à voir et très bête serait celui qui encouragerait cela. Le bon sens ne pourrait que pousser tout le monde à condamner ces hommes qui ont fait cela (voyous, bandits, délinquants etc., peu importe le vocable qui leur est accolé).

Cependant, quelle n’a pas été ma surprise en vous lisant. En effet, je me serais attendu que vous sortiez votre artillerie (la plus lourde possible) comme vos amis de l’UMP (Union pour un mouvement populaire), sur le gouvernement en général et sur le ministre de l’Intérieur (Manuel Valls), en particulier. En gros (et hélas!), ce qui s’est passé au Trocadéro, ce sont des choses qui peuvent arriver de temps en temps. Parler de la violence en France me pousserait à écrire des encyclopédies qui feraient disparaître les bois de votre Sud-Est plus vite encore que les feux qui en partent chaque été.

Certaines choses doivent sans doute m’échapper mais je ne me souviens pas avoir lu vos réactions au sujet de toutes les violences qui ont lieu en France. Pourquoi le Trocadéro plus que le reste ? Je ne sais pas, mais j’ai tendance à penser que vous confirmez bien qu’une partie des élus de cette République ne sert à rien, tant elle est gangrenée par une médiocrité plus qu’inquiétante. Des préfectures ont été saccagées par des agriculteurs dans ce pays. Peut-être que votre GSM ne fonctionnait point à ce moment-là ? Du fumier a été déversé maintes et maintes fois sur les routes de France et de Navarre : je n’ai pas souvenir que vous ayez invectivé ces derniers via votre ordinateur…

Oui, monsieur Vialatte, la médiocrité a gagné depuis pas mal d’années les bancs de l’Assemblée nationale et il n’est pas étonnant de voir que la France soit dans un état aussi déliquescent. Je ne sais pas si cela vous arrange ou si vous trouvez drôle d’insulter ainsi toute une frange de la population française (donc vos compatriotes, enfin ! si vous les considérez vraiment comme tels…) et plus d’un milliard d’individus qui, sur cette terre, est marquée au fer rouge par la plus grande tragédie que l’humanité ait connue, à savoir, le trafic négrier et la déportation de centaines de millions d’Africains, vers les Amériques notamment.

Les députés français, comme d’autres élus d’ailleurs, sont payés par l’argent des contribuables, aussi bien français qu’étrangers vivant sur le territoire français. Je doute fort que ces derniers soient heureux que les gens qu’ils paient (chèrement) s’amusent à twitter, jouant avec leurs GSM comme des gamins qui découvrent la vie via ces gadgets. Quand je pense que la France a 65 millions d’habitants, un chômage qui va de records en records, et que ce pays connaît une désindustrialisation jamais vue, et que monsieur ne trouve rien de mieux que d’insulter une frange de sa population…. Si je ne tapai pas ces mots, mes bras m’en tomberaient! Et comme par enchantement, le nom de Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, descendante d’Africains déportés, est cité dans le tristement célèbre tweet. Pas besoin d’être le plus grand psychologue du Var pour comprendre le message que vous avez cherché à faire passer via ce « message ». Je voudrais bien vous aider en vous donnant d’autres noms à ajouter pour votre prochain Tweet : Gaston Monnerville (président du Sénat français 21 ans durant) ; Léon Gontran-Damas (universitaire, écrivain et homme politique). Je vous ai cité deux Guyanais. Comme Mme Taubira. Bon, je doute fort que vous ayez une seule fois entendu parler de ces deux grands hommes. Je ne voudrais pas vous fatiguer vos yeux en vous en citant d’autres, de la Guadeloupe, de la Martinique etc.

Qu’appelez-vous « descendants d’esclaves » ? Que savez-vous de ce que vous appelez « esclavage » ? Quels livres évoquant « l’esclavage » avez-vous déjà lu, si tant est que vous lisiez ? Comment pouvez-vous traiter cette question avec autant de désinvolture, comme si vous partagiez un Pastis sur un banc public avant d’entamer une partie de boules ? Je ne connais pas votre vie (elle ne m’intéresse évidemment pas). Je ne connais pas l’histoire de votre famille non plus et je ne vous cache pas que cela me chaud peu. Mais je puis vous dire que j’espère qu’au sein de vos ascendants, personne n’a jamais souffert de déportation. J’espère que personne n’a jamais été obligé de quitter sa terre dans des cales de bandits et criminels au service des couronnes de leurs pays et de l’église catholique apostolique romaine, via la bulle papale (Nicolas V) du 08 janvier 1454, bénissait le plus grand crime de l’histoire humaine, le trafic négrier.

Monsieur Vialatte,

Vous devez vous faire partie de ceux qui trouvent une noblesse à la médiocrité, à la bêtise et aux propos blessants. Si vous vous intéressiez un jour à l’histoire de ce que vous appelez « esclavage », quelque chose me dit que vous, le pharmacien-biologiste de formation, changeriez un tant soi peu votre perception des choses et vous concentreriez un peu plus sur votre travail. Au fait, au cas où vous l’auriez oublié ou que vous ne le sauriez point, il existe en France un produit appelé chlordécone. Ce produit phytosanitaire a été interdit aux USA en 1976 et en France seulement en 1990. Mai seulement en… France métropolitaine ! Il faudra attendre 1993 pour que les Antilles aient la joie de voir ce produit interdit aussi. Bien entendu, nous ne pouvons que penser, nous, « descendants d’esclaves » que le temps métropolitain est différent du temps antillais. D’ailleurs, il y a bien un décalage horaire, non ? Ils sont nombreux, parmi vos très chers « descendants d’esclaves », à souffrir du cancer de la prostate et le lien avec ce poison (il n’y a pas d’autres mots pour désigner le chlordécone) est scientifiquement établi. Nous ne parlerons même pas des eaux polluées par ce poison.

Vous avez retiré votre tweet en disant que « c’est une erreur » ? Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai du mal à croire en vos paroles de repentance… Une plainte est déjà déposée contre vous et j’espère qu’elle sera maintenue car nous (j’en fais partie et croyez-moi, j’en suis très fier !!!) qui faisons partie de ceux que, dans votre langage extrêmement fleuri, appelez « descendants d’esclaves » serions très curieux de savoir ce que le droit français dira de vos propos abjects, orduriers et dignes des plus basses fosses de l’humanité.

Au plaisir de ne point vous lire,

 

Obambe GAKOSSO, comme vous en France, ce mercredi 15 mai 2013 ©

 

———————–

 

PS:  S’il vous arrivait de trouver des fautes de français dans ma lettre, veuillez bien vouloir ne pas m’en tenir rigueur car comme vous le savez sans doute, nous, les descendants d’esclaves n’avons pas pour langue maternelle le français et je reconnais que le mien est fort rudimentaire, malgré les coups de fouet reçus par mes ancêtres

3 réponses à “Lettre à monsieur Vialatte, député français (Var)”

  1. Mère Evé dit :

    Soutien !

  2. Poli dit :

    Va t il se retrouver sur le mur cons?

  3. Obambé GAKOSSO dit :

    @ Mère Evé,

    Merci!

    @ Poli,

    Bienvenu dans notre village.
    Je ne sais pas s’il va se retrouver sur le mur des cons, mais je n’en serai point choqué…

    @+, O.G.

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie