Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

19 décembre 2012

Boris Johnson ou le niveau zéro de la politique

Classé dans : Carton rouge — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 20 h 10 min

 

Boris Johnson ou le niveau zéro de la politique dans Carton rouge bj

Boris Johnson

Alexander Boris de Pfeffel Johnson, cela vous parle ? Et si je vous dis, Boris Johnson ? Si toujours pas, en tout cas, croyez-moi, vous ne ratez pas grand-chose… Ce gars dirige la mairie de London, capitale anglaise, depuis 2008 et a été réélu en 2012. Quand on observe le comportement de ce bouffon, on se dit qu’il y a des gens qui n’ont aucun respect pour la noble fonction qu’ils occupent…

Depuis qu’il dirige la mairie, il de plus en plus pitre, pittoresque, pitoyable et pathétique. Je pèse mes mots et je me demande ce que les électeurs londoniens peuvent bien trouver d’intéressant en lui.

Il est notamment chroniqueur au Daily Telegraph, grand quotidien britannique, classé à droite de l’échiquier politique. Il y parle notamment de son amour pour le beach volley. Mais il aime ce sport pour, dit-il « les femmes à demi-nues qui brillent comme des loutres humides »… En termes de finesse, pour un homme politique, on a fait mieux. Dans une célèbre émission audiovisuelle, Have I got news for you?, où Johnson est quasiment abonné, il a l’habitude de rôder ses formules qu’il reprend régulièrement plus tard. Il y a lancé notamment une formule demeurée célèbre : « Votez pour les Tories*, votre femme aura trois gros seins. »  Bigre…

Au sujet de son adversaire politique Gordon Brown (ancien Premier ministre), il a dit notamment qu’il était « une grosse gelée invertébrée (…) ». Concernant la ville de Portsmouth (200.000 habitants, au sud de l’Angleterre), il dit qu’elle est « pleine de drogués, d’obèses, de bons à rien et de députés travaillistes** ». Les Africains quant à eux, selon Johnson, ont « un sourire de pastèque*** ».

Ancien condisciple de l’actuel Premier ministre anglais David Cameron, à l’Université, député et membre du même parti que lui, il est aussi gentil avec son ami en disant qu’«il st un balai qui ramasse les saletés laissées par les travaillistes. » Ce dernier n’est pas en reste avec lui, en balançant qu’« il est heureux de voir la serpillière qui lui sert de chevelure »… Pour ceux qui croient que les grandes écoles et les grandes universités peuvent rendre fins, sachez que Johnson est diplômé des universités d’Eton et d’Oxford. Dieu merci, il a un peu d’autodérision, mais cela n’efface vraiment rien chez cet odieux personnage.

 

Obambé GAKOSSO, December 2012©

——————————————————————-

* : Le parti politique dont il est membre

** : Les Travaillistes (gauche) sont les adversaires traditionnels des Tories (droite)

*** : Sincèrement, je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je suppose que c’est péjoratif

7 réponses à “Boris Johnson ou le niveau zéro de la politique”

  1. St-Ralph dit :

    Les nations ont les élus qui les ressemblent et qu’ils méritent. C’est l’élection de tels personnages qui traduit bien l’esprit du peuple et non pas les beaux discours officiels des milieux policés.

  2. RUFIN HODJAR dit :

    ça! RAS!A chacun son style.

  3. Obambé GAKOSSO dit :

    Mon cher St-Ralph,

    Beau résumé!

    Rufin,

    Style étrange qui ne convient pas à la fonction, vraiment.

    @+, O.G.

  4. Molekinzela dit :

    Ce mec, en effet, se fait remarquer tout de suite par son immense talent de comique troupier. C’est vraisemblablement sa façon à lui d’attirer l’attention sur sa personne… Est-ce vraiment de l’humour anglais?
    Mais, à y voir de plus près, s’il a été réélu, ce n’est sûrement pas uniquement à cause de ses pitreries… Le bougre a sûrement aussi d’autres qualités non?
    Il y a des hommes politiques « sérieux » qui ne sont pas forcément plus efficaces malgré tout le mimétisme du profil attendu de leur fonction…
    N’a-t-on pas connu un modeste acteur des series B (R. Reagan) diriger la plus grande puissance mondiale?
    Que dire du paysan (kroutchev) qui se déchaussait et martelait avec sa chaussure, son pupitre à l’ONU pour manifester une contrariété…
    Que dire du « génie des balkans », modeste apprenti cordonnier de son Etat (Cocescu)…
    Il faudra de plus en plus s’habituer à voir des personnages du style le « cavalere » avec ses parties de « bunga bunga » être aux affaires en politique…
    Récemment, au sommet de la francophonie à Kinshasa, on a pu observer « Tête kalé » (Martelly, l’homme à la boule à zéro alias « Sweek Micky »), le chef de l’Etat Haitien, musicien de son Etat, battre le tempo sous la table avec ses jambes en écoutant l’orchestre qui jouait, tout en affichant un air très sérieux extérieurement en costume/cravate.
    A y voir de plus près, ces personnages sont ils forcément plus minables qu’un Soglo (haut fonctionnaire à la banque Mondiale) par exemple, qui, du fait de son incompétence notoire a fini par faire revenir aux affaires son « soudard » de précécesseur (Kérékou).
    Et que dire de notre sérieux « professeur des professeurs »?

  5. Obambé GAKOSSO dit :

    Ndeko na ngaï,

    Bonne année à toi.

    Oui, ces personnages que tu as cités, ont effectivement plein de points communs. Cela me rappelle un peu ceci: http://centpapiers.com/la-revanche-du-clown/15698

    @+, O.G.

  6. Molekinzela dit :

    Bouanana ndéko na ngaï!,

    Si on écarte les cas extrêmes comme Amin Dada des années 70 avec ses pitreries macabres (il organisait des spectacles au cours desquels, il émasculait publiquement ses adversaires dans la simple intention de se divertir…), je me suis toujours posé la question de savoir si les leaders politiques aux profils atypiques seraient réellement moins compétents que les « sérieux » aux profils convenus?
    Le cas de Soglo m’avait fortement ému: voilà un technocrate, énarque prétendu « grand économiste » ou « grand financier » donneur de leçons qui arrive à faire revenir aux affaires par la voie des urnes un « soudard » (Kérékou), jusque-là plutôt rompu à la technique du « coup d’état »…
    Quelques années après, le célèbre binoclard « professeur des professeurs », qui nous promettait de devenir la « Petite Suisse » grâce à son immense génie ne m’a pas surpris du tout lorsqu’il a fini par transformer Brazzaville en Pompéi…

  7. Obambé GAKOSSO dit :

    Matondo, ndeko na ngaï!

    On en revient encore une fois à cette problématique: à quoi servent nos diplômes? Si nos diplômes ne nous permettent pas de nous adapter aux réalités professionnelles, administratives, locales, autant ne pas aller à l’école. Il y a tant à dire à ce sujet.

    Que le temps me permette d’y revenir.

    @+, O.G.

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie