Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

18 décembre 2012

Congolaiseries (2)

Classé dans : Politique — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 15 h 36 min

Sur un réseau social, un Frère installé en Occident depuis des années s’est interrogé sur le fait qu’au Congo, il existe et un ministère des Travaux publics (le fameux TP) et une Délégation générale aux grands travaux (les fameux Grands travaux).

Congolaiseries (2) dans Politique congo_brazzaville-257x300

Le Congo, on ne cessera jamais de le dire, est une vraie colonie française. Nous en sommes l’archétype même. Je ne sais pas exactement comment cela se passe dans les autres pays CFA au niveau des strates administratives, mais nous, nous sommes quand même forts. En France, des esprits sérieux se plaignent depuis des années que le mille feuilles administratif est insupportable, qu’il coûte trop cher et en plus, personne n’est capable de définir exactement les missions assignées à telle ou telle structure. Au Congo, on suit la même logique mais on ne s’embarrasse pas des questions d’efficacité, d’économie, de dépenses de la manne publique. Quel Congolais est capable de nous dire à quoi sert le ministère des TP ? Quel Congolais est capable de définir ce que sont réellement les Grands travaux, surtout quand on voit que c’est cette structure qui a lancé l’appel d’offres concernant le recrutement du fameux proviseur du non moins fameux Lycée dit d’excellence de Mbounda (département du Niari) ? On nous avait pourtant dit que cette structure devait gérer des marchés d’un montant supérieur à 500 millions de XAF. C’est à n’y rien comprendre…

Vous connaissez ce site Internet, http://www.congo-site.com/ ? Moi, oui. Depuis des années, il m’arrive d’y jeter un œil dans le cadre de ma revue de presse. Peu importe la qualité des informations, je regarde. Une minute ou trente. Ce site Internet est censé être la vitrine du Congo, présentant les institutions de la République, nous parlant de l’actualité concernant le gouvernement, le Parlement, le chef de l’État etc. Mais il y a une chose que je n’ai jamais comprise : pourquoi on y trouve des pubs pour des compagnies aériennes, des offres et des demandes d’emploi, des auberges qui sont censées être des structures privées ? Le site est-il financé par le contribuable congolais ou pas ? Pourquoi et comment expliquer cette confusion des genres qui nous donne un fourre-tout, enlevant le peu de sérieux que l’on peut de temps en temps retrouver sur ce site ?

Pour l’année 2013, la « municipalisation accélérée »* passe par le département des Plateaux. Soit. Des gens sûrement intelligents ont estimé que dépenser chaque années des milliards, à fonds perdus dans l’hinterland congolais (et même dans nos 4 plus grandes cités) pouvait être un facteur de « développement »** de notre pays. Je n’y crois pas, mais puisque ce sont eux qui dirigent…  Je me demande (entre autres) pourquoi dans chacun de ses chefs-lieux de département, il est question de construire un palais présidentiel. Il sert à quoi ? Il servira à quoi ? Quand le président (aujourd’hui Denis Sassou Nguesso, demain un ou une autre) va « dans le Congo profond » (selon la formule consacrée), a-t-il besoin d’un palais rien que pour lui et sa délégation (toujours trop nombreuse, à mon goût) ? Si on suit cette logique, pour un département comme les Plateaux, il faudrait un palais présidentiel à Djambala (actuellement en construction), à Ngo, à Lekana, à Gamboma, à Mpouya, à Ollombo, etc. Ces palais, qui resteront inoccupés quasiment toute l’année vont demander un entretien : il faudra alors dépenser beaucoup d’argent. Énormément d’argent. Qui va paye ? Le budget de la présidence de la République ? Le Trésor public directement ? Les Grands travaux ?

Le 29/11/2012 dernier, s’est tenu au siège de la BEAC***, une conférence-débat intitulée « Risques financiers et perspectives économiques régionales ». Des Congolais, disciplinés et travailleurs (c’est ce qu’on nous disait au primaire) y sont allés et ont entendu Messieurs les experts leur dire que « pour l’instant, la crise de l’euro n’affecte pas la zone franc ». On leur a aussi dit que « Il faut mettre en œuvre tous les investissements publics et privés, pour favoriser le développement du secteur agricole, qui est la première source d’emplois en Afrique subsaharienne. Car, le développement financier est un grand moteur du développement économique.  » Je passe sur d’autres détails où, visiblement, on a assisté à un cours de management, d’économie etc. de la part de deux hommes que Philippe Banz (journaliste à La semaine africaine) **** a qualifié « d’éminences grises ». C’est terrible, mais ces constats sont les mêmes, que l’on fait tous les jours : il faut que ce soit des experts qui arrivent d’Occident pour dire aux Africains s’ils vont bien ou s’ils vont mal. Et quand ils le disent, c’est parole d’évangile. Quelle a été la réaction du PCT ? Quelle a été la réaction du gouvernement congolais ? Qui ne dit mot, consentant, on peut fermer les bans et attendre les prochains experts qui viendront nous dire que les poissons sont en train de diminuer terriblement dans les eaux fluviales et maritimes congolaises…

 

Obambé GAKOSSO, December 2012©

************************************************************************************************************************

* : Ne me demandez pas ce que ça veut dire, je n’en sais strictement rien !

** : Autre mot que les dirigeants congolais ne sont pas fichus de nous définir : qu’est-ce que le développement ?

*** : Banque des États de l’Afrique centrale

**** : L’article est disponible ici.

Laisser un commentaire

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie