Epurebere, adi ibo ya ndziya yo: le blog d'Obambé Mboundze Ngakosso

Kemet (l'Afrique), les Kamit (les Africains), leurs relations avec le reste du monde, les essais qui me frappent, etc., voilà les sujets de cet espace

11 juillet 2012

Il y a 306 ans, Kimpa Vita était brûlée vive

Classé dans : Anniversaire,Histoire — Obambé Mboundze GAKOSSO @ 21 h 45 min

 

Il y a 306 ans, Kimpa Vita était brûlée vive dans Anniversaire KIMPA-150x150J‘ai choisi cette image où on ne voit aucun visage car toutes les autres images que je trouve sur la toile ne me satisfont pas. Il y a 306 ans disparaissait une des héroïnes africaines, qui résista avec ses armes à la pénétration coloniale, même si à cette époque, la colonisation de cette partie du continent (Afrique centrale) n’était pas officielle.

 

LA Bataille d’Ambuila (29/10/1665). Voilà ce que les Congolais, qui ont un peu de mémoire doivent s’en souvenir. On nous en parlé à l’école primaire. Depuis, plus rien. Ou nous allons chercher dans les livres, dans les thèses, dans les colloques et autres conférences. Sinon, je ne me souviens pas qu’il y ait des suites dans nos études. Le fait pour une personne comme moi d’avoir choisi une filière scientifique (C, C puis D) ne peut justifier un tel manque. Nous fustigeons tous les jours nos programmes scolaires d’avoir des vides abyssaux concernant notre propre histoire. Et l’histoire de cette héroïne fait partie de ces trous. Encore une fois, c’est dommage. Cela me fait encore penser à ce que dit Aminata Dramane Traoré dans son livre, Le viol de l’imaginaire* au sujet du ministère de la Culture et du Tourisme qu’elle occupa (1997-2000) : une coquille vide. Il suffit pour cela d’observer les activités, les actes concrets posés par nos ministères chargés de cette question qu’est notre culture : combien de héros, combien d’Hommes qui ont joué des rôles majeurs dans l’histoire du continent

CETTE grande dame est appelée par certains Kimpa Vita, par d’autres Tchimpa Vita. Les Portugais l’ont affublé du nom de Ndona Béatrice (il y en a même qui disent Doña Béatrice). Gamin, j’entendais certains dire C’est notre Jeanne d’Arc. L’aliéné que j’étais éprouvait une certaine fierté en entendant cela. Le temps passe et on voit parfois les choses autrement. Il y a encore des Congolais qui écrivent des livres, des articles en disant que c’est notre Jeanne d’Arc. En matière d’aliénation, nous sommes vraiment forts. Très forts. Trop forts même ! Les Africains sont les seuls au monde à faire ce genre de comparaison en considérant que c’est un compliment que de dire cela. il suffit de suivre les conversations entre nous : quand un Africain dit d’un autre Celui-là, c’est un vrai Blanc (…) Il vit comme un Blanc, la plupart du temps, c’est pour le louer, le glorifier. Je ne crois pas qu’ailleurs cela existe, à notre endroit.

LA résistante serait née vers 1682** dans le royaume Kongo, espace qui s’étendait sur des parties des actuels Angola, RDC, Congo et Gabon. Elle grandit en pleine bataille entre deux clans, celui des Kimulaza et celui des Kimpanzu***. Le royaume est partiellement catholique, du fait des Portugais qui y ont débarqué depuis le quinzième siècle. L’esclavage aussi bat son plein et cette jeune fille, mystique selon certains, se pose en véritable politique, appelant à l’unité du royaume et à la restauration de Mbanza Kongo, la capitale du royaume, appelée São Salvador par les Portugais, dans le cadre de leur travail de sape.**** Les cibles de Kimpa Vita étaient clairement choisies : les missionnaires capucins (Italiens) et les Portugais faisant office de gouverneurs dans les provinces du royaume : ces derniers n’étaient pas en reste dans l’organisation de l’esclavage. En parallèle de ses activités politiques, elle s’avère une redoutable prêtresse à qui l’on attribue des visions et des prophéties. Elle est également présentée comme une enseignante de religion, prônant un ordre moral. Comprenant qu’il fallait aller vers le peuple, elle fit ce travail de village en village.

LES résultats se font vite voir : les capucins voient leur audience s’effriter car les Africains ne se font plus baptiser, ne vont plus se confesser et ne contractent plus de mariage à leur niveau. Pedro IV, sur le trône, prendra peur et s’alliera de plus belle avec les Européens présents. Ne s’arrêtant pas face à cette trahison, Kimpa Vita se tourne à son tour vers João II, deuxième prétendant au trône. L’alliance entre Pedro IV et les capucins porte ses fruits : Kimpa Vita est accusée d’imposture religieuse, d’hérésie. Ses compagnons d’armes sont arrêtés et elle-même serait retrouvée en brousse, en train d’allaiter un bébé (le sien, qu’elle aurait eu de son garde du corps ?). Elle est jugée comme Diablesse, intriguante, ennemie du roi etc. En juillet (le 02 ? le 04 ?) 1706, elle est brûlée ville, dans la ville d’Evolulu, près de Mbanza Kongo, en compagnie de son compagnon Barro, sur un bûcher. Le Vatican comme pour vouloir réparer une autre ignominie, la canonisera en 1920.

 

MBANZA Kongo est situé dans le Nord-ouest de l’Angola, dans la province du Zaïre (600.000 habitants) et compte 25.000 âmes. Elle est productrice de pétrole. Contrairement à une légende bien répandue au Congo Rive Droite, la Bataille d’Ambuila n’a pas eu lieu dans ce qui tient lieu de l’actuel Congo et Mbanza Kongo ne s’y trouve pas non plus…

Obambé Gakosso, July ©

—————————————————

*: Editions Fayard, 16,44€, janvier 2002

** : Il y en a qui disent 1684

*** : Dans la ville de Mfoa, arrondissement 4 Moungali, il existe une rue Kimpanzou et dans le département du Pool (Sud) il existe une localité du même nom.

**** : Le roi Pedro IV, allié naguère de Kimpa Vita réussira sa restauration comme capitale du royaume, en 1709, après la mort de la guerrière.

4 réponses à “Il y a 306 ans, Kimpa Vita était brûlée vive”

  1. guy2 dit :

    merci pour cette article. En fait Ambuila se trouve à Uige. Ce que je deplore est que cette histoire de Kimpa Vita n ;interesse pas beaucoup de gens et pourtant c est notre histoire propre. Savez vous que la tête du roi decapitée est à luanda à côte de l’ex hotel tourisme juste devant la cathedrale. encore une ouvre macabre des colons portugais….

  2. Tsiakacka dit :

    Ma joie est immense de découvrir qu’au 17′siècle le mystère existait dans notre royaume Kongo qu’en dehors des saints européens nous avions les nôtres. Merci pour Ces quelques nouvelles d’histoire très édifiantes

  3. Tsiakacka dit :

    Cette histoire est pour moi une source d’inspiration en tant que charismatique.avant l’arrivée des catholiques missionnaires nous connaissions Dieu,donc nos ancêtres priaient .

Répondre à guy2 Annuler la réponse.

 

Posedepierre |
Sylvie Marcotte - Mon CV |
Blogtech |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Liumx91
| Ecrirelemonde
| Plaisirsdelavie